Le chemin des écoliers de Compains

Boucle de 2h autour de Compains

Chemin des écoliers à Compains
À Compains près de Besse, le « Chemin des Ecoliers » Au départ du charmant petit bourg de Compains dont le nom sonne comme une invitation à partager le pain dans la joie du compagnonnage, un joli chemin se dévoile. D’abord il se faufile entre les maisons du pays, laissant apparaître le fier clocher de l’église, la minérale ardoise commune dans la région, ayant cédé sa place aux tavaillons de châtaigner pour recouvrir ce bel et simple édifice roman tardif. On croise un ou deux « bacs » typiques puis très vite la nature s’immisce sous nos pas. Après avoir savouré la verte fraîcheur d’un joli vallon souvent orné de quelques vaches rouges on grimpe à travers la hêtraie. Des panneaux explicatifs jalonnent le sentier et permettent au promeneur curieux de faire des haltes instructives. Les mots des hommes complètent ou illustrent le subtil langage de la nature qui parle pourtant si bien à ceux qui savent l’entendre ! À l’aune de ces colossaux « fayards » on mesure aussi la vraie dimension de l’homme, si justement qualifié de « roseau pensant » par un des plus célèbres auvergnats (Les Pensées, Pascal). On traverse la « couze » née du Montcineyre sur un petit pont de bois puis on chemine entre le torrent et un bief bâti à l’aide de belles pierres désormais colonisées par la mousse. L’histoire de l’humanité n’est-elle pas symboliquement représentée par ces eaux courantes : sauvages d’un côté et canalisées de l’autre. N’a-t-on pas sous les yeux comme le resumé de l’œuvre de nos ancêtres depuis des temps immémoriaux : dompter la nature, la rendre « serviable », voire l’asservir. Et aujourd’hui où en sommes-nous ? Mon bref égarement est vite marqué par un retour au concret. La course allègre et bruyante d’un tracteur tout vert qui semble surgi d’on ne sait où dans la frondaison : nous approchons de la route qui mène de Compains à Besse. Avant de la traverser, un détour s’impose pour admirer la ronde chapelle de Saint Gorgon (un soldat Romain martyr au IV ème Siècle). Restauré récemment cet édifice de taille modeste ressemble à une châsse établie ici pour contenir un trésor. On s’approche. La chapelle est vide. Où est le trésor ? À n’en pas douter dans le cœur du randonneur de passage qui s’émerveille de la beauté des lieux ou loue le Très Haut pour les merveilles de Sa création. Ensuite, après avoir fait demi-tour et traversé la route, le chemin s’élargit et on monte progressivement jusqu’au hameau de Chaumiane. A gauche, un très beau panorama avec le site exceptionnel de Brion. Mais chut ! N’en disons pas trop ! Il est des secrets qu’on n’a pas toujours envie de partager surtout quand la beauté y confine au sublime. On comprend au passage pourquoi le sentier se nomme « chemin des écoliers ». Brion, tout comme Compains a son école. Celle de Brion a fermé il y a bien des années mais la mémoire demeure vive et quelques compainteyres se souviennent de l’époque où les hivers neigeux justifiaient l’existence de « l’instruction publique » jusque dans ces hauts lieux battus par les vents ! Une fois traversé Chaumiane le chemin redescend vers le bourg de Compains. La boucle se referme progressivement mais le promeneur aura vécu une expérience simple et unique : retrouver son âme d’écolier. Une école « buissonnière » qui évoque des temps savoureux et ouvre sur des espaces infinis. A telle école on se fait volontiers élève !
  • Producteurs à proximité

Travelers' Map is loading...
If you see this after your page is loaded completely, leafletJS files are missing.